Bruno Latour et le collectif « Où atterrir ? »

Comment les arts participatifs peuvent-ils aider l’écologie populaire ?

Lors de la 1ère édition des Rencontres du Théâtre de la Poudrerie en 2018, le philosophe Patrick Viveret concluait les échanges des tables rondes en affirmant que les arts participatifs avaient un lien avec les enjeux écologiques de notre monde. Selon lui, c’est avec des pratiques participatives, en redonnant une place “d’acteur de sa vie” au citoyen, que l’on pourrait lutter contre ce qu’il appelle la glaciation émotionnelle et relationnelle (un mal-vivre, mal-être, une logique de peur et de repli). C’est en travaillant sur cette glaciation émotionnelle que l’on pourra lutter réellement contre le dérèglement climatique, qui en est directement la conséquence.

Dans le sillage de cette conclusion, le Théâtre de la Poudrerie a invité le philosophe et sociologue Bruno Latour et le Collectif « Où atterrir», pour une expérience pilote, artistique, scientifique et politique menée autour de son livre « Où atterrir ? Comment s’orienter en politique » (édition La Découverte, oct 2017). Bruno Latour proposera une intervention conférentielle autour de la question “Comment les arts participatifs peuvent-ils aider l’écologie populaire ?” et invitera ensuite le public à participer à différents ateliers pour approfondir ce questionnement.

 

Samedi 10 octobre de 9h30 à 13h

Salle des fêtes de Sevran, gratuit sur réservation au 01 41 52 43 34

 

    Bruno Latour est un sociologue, anthropologue et philosophe des sciences. Son dernier ouvrage “Où atterrir ?” offre un nouveau regard sur ce qu’on a l’habitude d’appeler crise écologique. Selon Bruno Latour, il s’agirait plutôt d’une crise des conditions de subsistance des habitants. Ce qui était considéré encore comme une nature extérieure à nous est devenue ce qui compose notre sol même et assure la durabilité de nos conditions de vie. Il devient donc nécessaire d’avoir une description précise de notre territoire réel. Quel est le territoire sur lequel nous habitons ? Pouvons-nous le décrire ? Quelles sont les entités indispensables à notre existence ? Ces éléments sont-ils menacés ? De quoi dépend notre subsistance ? En ce sens, la notion de « territoire » va bien au-delà du lopin de terre qu’on s’acharne à protéger, ou de l’identification fantomatique avec une nation quelconque. Le collectif Où atterrir? s’est constitué autour de cet ouvrage et des questions qu’il soulève. Il réunit artistes, chercheurs, urbanistes, architectes, scientifiques, qui développent des outils et des méthodes d’auto-description des territoires.

 

www.ouatterrir.fr