Entre janvier et juin 2017, les habitants ont la parole !

À Sevran et sur le territoire Paris Terres d’Envol*, ce sont plus de 200 habitants qui sont invités à s’exprimer sur le thème de l’action menée par les femmes dans leurs quartiers et sur la mise en valeur de leurs initiatives. Leur rôle, leurs initiatives, leur courage sont peu médiatisés et pourtant participent activement à l’amélioration de la vie des habitants dans les quartiers, au dialogue, au vivre-ensemble.

Six compagnies accueillies sillonnent Sevran et les villes avoisinantes pour mener à bien cette résidence et récolter des témoignages qui serviront de matière première à l’écriture de leur spectacle. . La 7e compagnie dirigée par Carole Karemera de Ishyo Art Centre effectue la même démarche dans les quartiers de Kigali au Rwanda, avant de présenter son spectacle en France, à Sevran.

 

Chaque équipe rencontrera entre 20 et 30 habitant-es. Les 7 pièces, toutes écrites selon un angle d’approche différent, seront jouées à domicile entre octobre 2017 et décembre 2018.

Elles reviennent à Sevran au printemps 2017, après y avoir présenté Modèles réduits qui a tourné à domicile en 2015-16.
Elles souhaitent créer des portraits de femmes, inspirés directement de femmes qu’elles rencontreront.

Christophe Moyer revient à Sevran après Qui commande ici ? (2015) pour travailler avec Souad Belhaddad, engagée depuis plus de vingt ans contre le racisme et dans les combats pour les droits des femmes. Souad Belhaddad, qui récolte les témoignages, ne souhaite pas définir trop précisément son axe de recherche, préférant se nourrir des histoires qui lui seront rapportées. Elle s’interroge cependant sur la question des femmes et de la liberté.

Julie Lerat-Gersant et C. Porrone étaient à Sevran la saison dernière pour L’Affaire Richard qui a tourné à domicile. Cette saison, en partenariat avec le Musée du Louvre, elles investissent les quartiers des Beaudottes (Sevran) et Gros Saule (Aulnay-sous-bois) pour rencontrer des habitant-es et discuter, questionner la figure mythologique de Cassandre, avec des reproductions d’oeuvres exposées au Louvre.

Un nouveau partenariat qui débute cette année : Corine Miret de La Revue Eclair est en exploration dans les sections féminines des clubs de sports de combat du territoire. De la boxe au ju-jitsu brésilien, elle assiste aux entraînements et interview les participantes. De ces histoires et cette ambiance nâitra le spectacle à domicile : Combattre.

En partenariat avec le Théâtre de la Commune CDN d’Aubervilliers

Mathieu Roy revient à Sevran pour la 3e fois après Même les chevaliers tombent dans l’oubli de Gustave Akakpo en 2014 et en 2015 avec le spectacle à domicile Prodiges en 2015-16. Dans le cadre de cette résidence, Matthieu Roy s’associe à l’auteur Aïat Fayez pour écrire et mettre en scène à Sevran un spectacle sur la question des femmes demandeuses d’asile.

  • Claire Lasne, metteure en scène et directrice du conservatoire de Paris, avec Patrick Pineau, comédien et metteur en scène, en partenariat avec les Tréteaux de France.

Partenaire de longue date du Théâtre de la Poudrerie, les Tréteaux de France ont proposé à Claire Lasne (directrice du conservatoire de Paris) et Patrick Pineau (metteur en scène et comédien) de mener une résidence d’écriture et de création en lien avec les habitants du territoire. Les deux artistes n’ont pas souhaité orienter leur travail d’écriture avant le lancement de la résidence. Leur projet de spectacle se construit en fonction des rencontres et des témoignages.

 

L’équipe qui a joué We call it love en 2015-16 à Sevran travaille sur la même thématique que les six autres compagnies, mais au Rwanda. L’équipe artistique écrira une pièce à partir des témoignages des habitants des quartiers de Kigali. Leur travail sera monté et présenté en France et au Rwanda en 2018.  Cette dernière création abordera la place des femmes dans la reconstruction de la société rwandaise. Leur place intime, familiale, mais aussi leur place économique et politique ; leurs pouvoirs et les freins auxquels elles se trouvent confrontées ainsi que les perspectives qu’elles ouvrent sur l’avenir du pays.

Dans le cadre du projet international « Femmes de Kigali, Sevran, Bruxelles »

 

Photo : R.Durand de Girard

Related Post